Les petites pierres de Daï Shihan XIX : Bonne année et vive la Coupe du Monde de Nanbudo

Et voilà, je vais, pour cette troisième année d’articles sur le blog, encore pouvoir paraphraser le début de mon premier billet.

Quelle année 2019 ! le bonheur d’être avec Doshu Soke Nanbu Yoshinao, une superbe inauguration du Honbu Dojo à Toulouse, de magnifiques stages internationaux dont une première aux Etats Unis d’Amérique et d’autres aux Maroc, au Cameroun, au Sénégal, en Espagne, en Norvège, en Italie, en Croatie, encore un livre de Doshu Soke, la Fédération mondiale de Nanbudo avec sa commission technique Internationale ne ménage pas ses efforts.
En France, stages nationaux et régionaux, stages à la FFK, compétitions nationales et régionales, de nombreux passages de grade réussis à la FFK, là aussi l’AFDP nanbudo ne ménage pas non plus ses efforts.

Et tout ça avec beaucoup de bonheur mais également de travail, d’engagements, de doutes quelquefois, de détermination pour l’intérêt général toujours.

Certaines et certains culpabilisent de ne pas faire encore plus, et ce sout souvent celles et ceux qui font déjà énormément. Mais le Nanbudo n’est pas une secte retirée de la vie normale, il faut faire le reste et quelquefois le reste passe avant, est plus important.

Le Nanbudo est une voie, et pour celles et ceux qui le souhaitent c’est une histoire de vie et non pas une histoire passagère ! Alors les critiques sont faciles, font souvent mal mais rien ne remplace l’action, sur les tatamis et pour le développement du Nanbudo.

Apprécions, dégustons tous ces moments de partage, de bonheur, profitons de la chance que nous avons de cheminer sur cette voie que Nanbu Doshu Soke nous a ouvert.

Quelle année 2020 ! Le bonheur d’être avec Doshu Soke, de pouvoir avoir une Coupe du Monde en Croatie, un nouveau livre de Doshu Soke, des stages, des compétitions, des grades, des nouveaux clubs, des nouveaux pays etc…etc…

Je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2020, pleine de force, de courage et de conviction, pour un monde de paix et une nature respectée, et n’oubliez pas : continuons, jusqu’au bout !

Carel Stéphane Daï Shihan

Partagez cet article