Les petites pierres de Daï Shihan XVII : Nanbu Oï Tsuki

Petit intermède technique, une fois n’est pas coutume.

Je suis, en effet, surpris dans bon nombre de stages, de me retrouver à corriger, expliquer cette technique de base, a-tel point que je commence souvent les stages par les combinaisons, me permettant de vérifier les liaisons appuis /mouvements de hanches/frappes (quelles quelles soient).
Me reviennent alors en mémoire les longues répétitions avec Doshu Soke, que ce soient Nanbu Tsuki, Nanbu Gyaku Tsuki ou Nanbu Oï Tsuki, avec le fameux "more hips ! MORE HIPS !!!, LES BASES !!!!" prononcés de plus en plus fort avec une exaspération croissante.

Techniques apprises dès le début, je me rappelle également qu’il n’était pas possible d’avoir une ceinture noire si elles n’étaient pas correctement effectuées.

Lorsque ces techniques ne sont pas faites correctement les conséquences sont désastreuses : d’une part cela donne l’impression que l’on ne sait pas attaquer, et d’autre part cela met un gros doute sur l’effectivité de la défense.

Pire encore, cela va se traduire dans toutes les techniques par un manque de puissance due à la non-transmission appuis/hanches, et on va le voir de manière éclatante dans les Kata.

Je ne pense pas qu’il y ait une école de karaté qui n’utilise pas les hanches.

Roland Habersetzer ne dit pas autre chose lorsqu’il écrit dans plusieurs de ses livres : « C’est l’important déplacement des hanches dans la direction du coup qui donne à celui-ci une grande force de pénétration »

Le Shito-ryu a développé cette partie de la technique venant du Shuri-te, et le Shukokai/Sankukai/Nanbudo sont allés encore plus loin avec la théorisation de ces techniques.

Keneï Mabuni, dans son livre la voie de la main nue écrit : « la technique de base dans le karaté veut que, contrairement à la boxe*, le coup de poing parte à partir de la hanche-donc le Hikite comme on l’appelle dans cette discipline- en propulsant le poing tout droit en avant, tout en le tournant à quatre-vingt-dix degrés vers l’intérieur pour faire en sorte de le placer horizontalement lorsqu’il atteint la cible »
*même si je ne suis pas d’accord avec ce point, en boxe aussi les frappes partent des hanches

Il rajoute une expression de cette école du Shito-ryu « emprunter la force de la terre »

Doshu Soke Nanbu écrit dans son livre LE KARATE SANKUKAI pour le Gyaku Tsuki : « Position Zenkutsu Dachi, jambe gauche en avant. La jambe droite donne un choc au sol, qui se transmet à la hanche, puis au Tsuki droit. »

Doshu Soke Nanbu écrit également dans son livre ART MARTIAL DE L’AN 2000 : « le Gyaku Tsuki est un coup de poing direct, opposé à la jambe avancée et s’exécute sur place avec l’impulsion de la rotation des hanches ».

On voit bien l’importance des appuis pour avoir ce mouvement de hanches.

Que ce soit un seul mouvement de hanches (twist) ou comme lorsque l’on faisait en Shukokai ou en Sankukai un double mouvement de hanches (double twist) avec deux possibilités :
-Sur un mouvement plutôt à courte distance, la hanche droite pivote vers l’arrière autour de la hanche gauche puis revient vers l’avant. La hanche gauche n’a pas bougé pendant ce mouvement.

-Plutôt à longue distance, la hanche gauche pivote vers l’avant autour de la hanche droite puis la hanche droite pivote vers l’avant autour de la hanche gauche.

 

Bien sûr le premier mouvement va devenir imperceptible afin de ne pas faire d’appel, c’est-à-dire de donner l’alerte à l’adversaire.


Venons-en maintenant au Oï Tsuki. Il est parfaitement illustré dans le livre « ART MARTIAL DE L’AN 2000 » ci-dessous réagencé.



                      1                                               2                                             3

A partir de la position de garde (1), on déplace la jambe droite, la main droite de recule pas mais reste à la même place qu’en (1) et la main gauche protège le déplacement (2), ce n’est que lorsque la jambe droite est en appui (2) que l’on peu lancer, propulser le bras droit avec les hanches (3).

Or souvent le temps (2) n’existe pas, ce qui est normal pour un débutant ne l’est pas du tout pour un 1er dan et au-dessus.

Entre parenthèse on voit également parfaitement que le Hikite est haut et derrière la ligne des épaules !

Bien sûr le Budo c’est toujours l’adaptation, ne jamais être figé sur un dogme et il y a des circonstances où l’on peut effectuer Gyaku Tobi Tsuki ou Oï Tobi Tsuki, c’est-à-dire en ayant un mouvement de hanche sans aucun appui, mais cela demande à bien avoir intégré tout ce qui précède et des circonstances particulières où l’on peut se passer d’une grande puissance.

Vous pourriez également m’objecter que pour des techniques doubles cela ne marche pas, si ! mais un peu différemment, et si on a l’habitude de la faire sur les techniques de base on trouve vite comment faire.

Il y aurait bien d’autres choses à dire encore sur le pied avant (pas d’appel avec ou sans Suri Ashi), sur la manière de déplacer vite la jambe d’arrière en avant, sur le Hikité, sur le mouvement final du poing etc…

Mais si déjà ce principe appui/hanches/frappes pour toutes techniques de frappe, techniques de blocage, de déviation ou de balayage était acquis ! Y compris dans les kata où je décompose souvent en Dachi (donc mouvement et reprise d’appui), et Waza (technique avec le mouvement de hanches).



Pour le fun, ci-dessus en bleu la trajectoire mécanique, yang, du pied arrière vers la hanche droite, puis la hanche gauche vers le bras gauche et enfin le poing gauche.

En rouge, une trajectoire du Ki, yin, du Tanden vers rokyu gauche.

Voilà un bon travail, (attention ça peut rendre fou !!!) de sentir en même temps les deux trajectoires : sentir pas réfléchir !!!

Aille, ouille, bon travail !

Carel Stéphane Daï Shihan

Partagez cet article