Les petites pierres de Daï Shihan XXVIII : Force, Courage, Conviction

Le titre de ma dernière chronique était, une rentrée 2020 très particulière, et bien là, nous sommes servis !!!

Je m’apprêtai à envoyer un article sur les Kyu en Nanbudo pour le blog du Nanbudo, mais je viens d’apprendre les mesures gouvernementales refermant les dojo et les salles de sport amateur en région parisienne, marseillaise et d’autres !

Au moment des inscriptions, quelle tristesse !
Ma première pensée va à tous les professeurs qui jonglent entre les salles à trouver, les loyers et salaires à payer pour certaines et certains, celles et ceux qui ont tout fait pour maintenir le contact avec leurs élèves, celles et ceux qui se sont démenés pour cette rentrée afin de relancer leurs activités.

En plus, pour en avoir discuté avec certaines et certains, je sais qu’ils ont été confrontés à une question concernant les enfants. Comment leur expliquer qu’il faut porter un masque dans la rue, à l’école, dans la cour de récréation, mais pas sur les tatamis ? Ils auraient pu se contenter du « on a le droit » Mais pour un pédagogue, un co-éducateur qui pense que l’Art martial peut contribuer à donner des repères à des enfants, cette situation est intenable.

A partir des directives du Ministère des sports, du protocole sanitaire sur lequel a travaillé la FFK, ils ont créé des protocoles sanitaires souvent bien plus exigeants.

Mais pourquoi font-ils cela, ces professionnels et bénévoles : pour vivre et faire vivre leur passion !

Toutes et tous ont eu la chance de se construire grâce au sport de combat ou grâce à l’art martial qu’ils ont choisi et ils veulent redonner à d’autres ce qu’ils ont reçu.

Sur quel indice mesure-t-on, le manque à gagner de l’arrêt de ces pratiques ?

Engagement associatif, bénévolat, action collective, entraide, respect, fraternité soririté et amitié (lien social comme on dit maintenant) : combien de femmes et d’hommes se sont sauvés de la solitude, d’une vie terne, de l’emprise d’un travail salarié non satisfaisant, de la délinquance etc… combien de personnes ont trouvé leur chemin, se sont réalisés, ont donné un sens à leur vie ?

Le propre d’un artiste martial d’un certain niveau est de retenir sa colère, difficile non ?

Je ne suis pas médecin et me garderai bien de participer à leurs controverses scientifiques, je trouve d’ailleurs que c’est sain le débat scientifique, c’est sain de dire qu’on ne sait pas tout et qu’il faut plus de recul.

J’accepte de faire confiance à des professionnels de santé qui savent bien mieux que moi, à condition toutefois, dans le cadre d’un respect mutuel entre personnes et savoir, que je puisse être acteur de ma santé, c’est-à-dire de ma vie !

Mais là, on nous assène des vérités qui se contredisent à quelques mois d’intervalle, et puis « La récréation est terminée !» nous dit-on, à quand la punition ? Et bien la voilà la punition : « vous ne pourrez plus faire de sport ! »

Tous les jours on nous fait peur, passant d’une comptabilité de morts à une comptabilité « des cas » dont on ne sait même pas s’ils sont malades ou contagieux !

Dans mon département de l’Ariège dans les Pyrénées, avec 5 hospitalisations en cours dont trois en réanimation à la date du 22 septembre et 2 morts depuis le début de « la crise » on fait intervenir la Gendarmerie pour voir si le masque est bien porté dans des marchés où initiatives festives en plein air !

France, monde, des chiffres tombent que l’on ne nous compare jamais avec les autres causes de mortalité, jamais en regard non plus des catastrophes « naturelles » ou autres.

Pire, les gens se regardent de travers entre les pro et les anti-masque ! Oui, je vois des gens qui ont peur et qui s’en prennent à d’autres !

Dans quel monde allons-nous vivre ? Dans quel monde voulons-nous vivre ?

Croyons-nous pouvoir vivre sans aucun risque : pas d’accidents ? pas de maladie ? pas de catastrophes naturelles ?

Croyons-nous pouvoir tout domestiquer, tout aseptiser ?

Pensons-nous pouvoir continuer à polluer, piller les ressources naturelles, modifier le climat, affamer des centaines de millions de personnes et déclencher des guerres meurtrières pour du pétrole et du gaz sans aucunes conséquences pour nous ?

S’il n’est pas le lieu dans cette chronique de débattre de ce que nous pourrions faire, il est par contre important d’appeler à la raison, à l’intelligence (Mujinzono No Ryoku) et aux respects des autres.

Appel à la raison sur le rejet de toutes les théories du complot qui fusent, la plupart du temps pour trouver des boucs émissaires de la situation, ce qui ne dédouane pas les dirigeants dans leur manière de diriger et les incivilités de quelques citoyens.  

Appel à la raison quant à la peur. La peur devant le danger est une preuve d’intelligence, mais encore faut-il définir le danger.

Lorsque l’on lit les effets secondaires sur la notice d’un médicament, on le prend quand même non ?

Lorsque l’on lit les dangers liés à un appareil électroménager on le prend quand même non ?

Quand on voit la mortalité sur les routes, on prend la voiture quand même non ?

Et pourtant, visiblement, on n’a pas peur de la pollution qui tue beaucoup, des industries dangereuses sauf quand elles explosent, des centrales nucléaires qui sont à côté ou même loin (rappelons-nous Tchernobyl).

On peut ne pas avoir peur d’une agression et avoir peur d’une araignée !

Il faut donc se raisonner sur ses peurs irraisonnées, et surtout être conscient que la peur ouvre la porte au n’importe quoi, la manipulation des esprits démarre souvent par la peur, le lynchage est souvent dû à la peur.

Appel au respect : cela ne sert à rien et se trouve loin de nos valeurs que de trouver des boucs émissaires : les jeunes qui vivent leur vie de jeunes, ceux des villes, les touristes, les étrangers, etc…Il en est de même quelque soient les activités sportives, les sports de combat, arts martiaux. Rappelez-vous, Il n’était pas question de dire que c’était inadmissible que le rugby puisse reprendre, ce qui n’était pas normal c’est que les sports de contact n’y avaient pas droit.

Ce sont les incohérences des mesures gouvernementales qui contribuent à diviser ou à attiser les divisions entre les gens.

Les activités physiques, sportives, martiales, culturelles, artistiques, ludiques, festives et j’en oublie sont constitutives des possibilités de se réaliser humainement, personnellement et collectivement. Elles sont tout autant nécessaires à la vie en société.

Veut-on nous ramener à Métro-Boulot-Dodo ?

Certaines et certains d’entre nous peuvent être légitimement révoltés par ces mesures pénalisantes et injustes, mais la dignité doit nous caractériser.

Il ne faut pas faire n’importe quoi et ne pas prendre de risques inutiles, il faut rassurer ceux qui en ont besoin.

L’art martial ne nous apprend pas à nous comporter que devant une hypothétique agression mais dans la vie.

Tous les grands maitres d’arts martiaux nous parlent d’humanité, d’harmonie, de paix.

Dans une situation inédite, souvent assez ubuesque, Force, Courage et Conviction sont plus qu’une nécessité.

Sans psychose mais sans fanfaronnade continuons, dans les conditions souvent déraisonnable (mais pas toujours) qui nous sont imposées à pratiquer, physiquement et dans notre tête, seul si on y est condamné.

Entretenons la petite flamme avant de retrouver les feux de joie !

Nous avons de plus en plus besoin de nous retrouver sur les tatamis, beaucoup ont besoin de nous y retrouver. Comme le disait Nanbu Doshu Soke, le soleil brille derrière les nuages. Seikkyokutekina Sei Ryoku

Bon courage à toutes et tous, je vous embrasse.

Carel Stéphane Daï Shihan

  

Partagez cet article