Les petites pierres de Dai Shihan V : C’est la rentrée : Ki Nanbu Taiso

Et oui, pour beaucoup on remet le kimono, et on se repose les mêmes questions sur l’échauffement, le souci de ne pas se blesser, la volonté d’accroitre ses performances etc…

Et alors étirement en début de séance, en fin de séance ?

Et bien visiblement il y a débat et des études récentes ont remis en cause ces bénéfices et notamment ceux de l’étirement passif :

  • -déconseillé en échauffement car il diminue le seuil de douleur et donc favorise les blessures, il peut orienter les fibres musculaires en contradiction avec l’effort recherché et diminue fortement la tonicité des muscles
  • -déconseillé en récupération, d’une part aucun impact n’est mesuré mais de plus on constate une diminution du débit sanguin ce qui est contraire à ce que l’on cherche. Enfin l’exercice physique crée souvent des microtraumatismes que l’étirement accroit.
  • -en assouplissement, il faut juste savoir que l’effet est très faible sur le muscle et beaucoup plus important sur les tendons.
         Le comble pour nous est que ces étirements sont conseillés plutôt les jours de repos ou au minimum une heure après l’entrainement !!! Et en plus il faut bien sûr les faire convenablement, et en tout cas sans se faire mal, sans avoir mal ! lorsque l’on sent que cela commence à « tirer » on maintien la position, le fait d’avoir mal n’est pas du tout une preuve que l’on progresse.

         Et voilà, pour ceux de ma génération, après la remise en question des « abdominaux » où on travaillait tout sauf les abdominaux et seulement les superficiels dans le meilleur des cas, après les « abdo » et les « pompes » que l’on faisait en début de cours ce qui enlève beaucoup de tonicité par la suite, après les assouplissements en à-coups qui ne font que muscler et mal, après… après…et bien voilà que les étirements sont remis en question !

         Eh bien, moi, je trouve cela bien que des recherches nous permettent de progresser en nous abimant moins et surtout que les enfants et les jeunes puissent pratiquer sans les risques que nous avons courus avant. Et non, ce n’était pas mieux avant !!!

         Et puis il y a d’autres étirements que les étirements passifs, beaucoup d’autres mais je ne garde que l’idée d’étirement dynamique pour simplifier.

         Etirement dans le mouvement, en rapport avec l’exercice qui va suivre, avec un bon contrôle de la respiration ça ne vous dis rien ?

         Ki Nanbu Taiso !!! Nanbu Doshu Soke est passé à une vitesse record des échauffements les plus « barbares », (le plus grave c’est qu’on n’aimait bien !) à une recherche depuis 40 ans du Nanbu Taiso à l’actuel Ki Nanbu Taiso pour nous permettre un échauffement complètement intégré à notre pratique :

         -Echauffement c’est à dire élever la température des muscles et du corps et la maintenir jusqu'à l'activité. 

         -Préparation psychologique pour rendre plus facile le début de l'entraînement, cette phase transitoire généralement désagréable puisqu'elle demande une adaptation physique et psychologique à l'effort (mise en route).

         -Etirements pour préparer le muscle à l’effort, diminuer les risques de blessures mais en les maitrisant bien d’une part pour ne pas se blesser et d’autre part pour ne pas se fatiguer inutilement.

         Mais bien sûr je ne suis resté là que sur une dimension physique et il y a bien d’autres chose dans Ki Nanbu Taiso, et notamment le Ki !

         Je ne peux que vous conseiller de lire le dernier livre de Nanbu Doshu Soke.

         Vous y retrouverez l’histoire de Ki Nanbu Taiso indissociable de l’histoire du Nanbudo et de la démarche de recherche de Nanbu Doshu Soke.

         Vous aurez la chance que peu ont eu dans les arts martiaux d’avoir le témoignage d’un Doshu Soke, écrit par lui, de son vivant, et non pas interprété par d’autres ?

         D’ailleurs, si vous en voulez beaucoup d’autres de ces écrits, sur tous les aspects du Nanbudo, pour les débutants comme les confirmés, achetez et faites acheter ces livres, cela financera les prochains qui, sinon, resteront dans les tiroirs.

         Ki Nanbu Taiso compliqué à apprendre, long, au fil des entrainements vous conduira dans des champs insoupçonnés.

         N’allez pas trop vite, suivez la musique pour multiplier vos sensations.

         Alors bonne rentrée, bonnes découvertes des nouvelles et nouveaux, et n’oubliez pas, la dernière et le dernier arrivé sont aussi précieux que la plus ancienne et le plus ancien.

Carel Stéphane Daï Shihan

Partagez cet article